La fidélité (3ème partie) – une question de long terme, pas de compétences

Ce thème de fidélité a commencé à me trotter dans le cerveau il y a environ 3 semaines. Après les vacances, la reprise de l’église m’a frustré énormément. On avait reçu beaucoup de prières et d’encouragement en visitant plusieurs églises en Angleterre et en revenant, voyant la salle de culte presque vide, et en me rendant compte que j’avais mal organisé le culte, que je n’avais pas délégué les responsabilités, je me suis couché en me disant: “Tu n’es vraiment pas compétent, tu n’as aucune expérience, t’es nul…”

Cette nuit-là, je me suis retrouvé dans un rêve où j’ai rencontré John Piper. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un homme qui a passé sa vie à se donner pour le développement de l’église, qui prêche un évangile solide et qui encourage tout le monde à trouver leur joie et leur satisfaction en Dieu seul. Toute sa vie. Un pasteur avec tant d’expérience, j’aimerais bien pouvoir m’asseoir avec lui pendant un moment pour recevoir des conseils. Il a fini de prêcher et m’a demandé comment il pouvait m’aider. Mais je me suis réveillé avant que je puisse en recevoir! En fait, j’étais encore dans un rêve (vous vous souvenez d’Inception, eh ben ce rêve avait 3 niveaux!), où je recevais toute une série d’emails de Piper. Mais avant que je ne puisse en ouvrir un, je me suis réveillé pour de bon!

Frustré, après avoir espéré à un rêve prophétique, éveillé dans mon lit, j’ai entendu sa voix me dire: “Dieu cherche des hommes FIDÈLES”… C’est à ce moment que je me suis rendu compte que Dieu me parlait. Je me focalisais sur mes compétences, ma capacité à faire grandir l’église ou à prêcher, mais ce qui intéresse Dieu, c’est le long-terme. La fidélité forgera nos compétences, mais les compétences ne peuvent nous enseigner à être fidèles.*

Je pense aux pasteurs du monde, et de cette ville. Tellement d’hommes qui ont passé leur vie à obéir à Dieu, qui sont restés dans leur rôle même quand rien n’avançait, et qui maintenant doivent aussi s’entendre dire: “Vous n’êtes pas assez ‘jeunes’! Pas assez ‘missiologiques’! Pas assez (insérer adjectif)!” par des gens qui ne font que commencer leur ministère! J’en fais partie et je me repents de mon attitude envers ces personnes qui ont donné leur vie pour l’évangile. Je veux les honorer alors même que j’espère prendre la relève.

Des années de service fidèle, et de mariage fidèle, tout peut être défait en quelques moments. On voit des pasteurs avec des plateformes inimaginables tomber ou dévier d’un évangile pur. C’est triste, mais c’est un rappel et un appel à nous tous de ne pas glorifier les compétences au-dessus de la fidélité. On peut parler de toutes sortes de théories de leadership, de théologie et d’apologétique, et c’est important, mais si ce n’est pas soutenu d’un amour pour Dieu véritable, ce n’est que du vent. C’est un message moins “sexy” que ce qu’on aimerait, mais ce qui compte, dans la foi, c’est qu’elle dure.

*Chaque week-end depuis on a reçu un encouragement de la part d’un leader dans le même sens: continuer avec fidélité, garder le cap, et du fruit s’en suivra. (Voir première entrée, 10 septembre 2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.